Karin Müller

Van Gogh – Pour planer au-dessus de la Vie

Sur la couverture du livre se trouve l'auto-portrait de Van Gogh, avec son chapeau de pailleVan Gogh est vivant ! Cette nouvelle biographie le prouve, tout comme l’exposition qui se prépare au musée d’Orsay (mars à juin 2014) : « Van Gogh, le suicidé de la société », d’après l’essai qu’Antonin Artaud lui consacra en 1947 avant de s’éteindre, rongé par un cancer.

La biographie de Karin Müller est originale par son écriture à la première personne. Elle se met dans la peau et les pinceaux de ce peintre majeur du XIXe siècle qui choisit à 37 ans de mettre fin à une vie d’incompréhensions et de souffrances, parsemée de rares moments de bonheur.
Après Nicolas de Staël, Edward Hopper et Henri Matisse, Karin Müller ressuscite Van Gogh. À son tour de raconter sa vie, de sa naissance en 1853 dans un village hollandais à son suicide à Auvers-sur-Oise en 1890. La première personne donne une couleur, une complicité chaleureuse avec le lecteur. Le peintre lui fait une longue confidence.
Tout est abordé dans ce texte concis mais précis. Son enfance solitaire, sa famille nombreuse, son père pasteur, sa courte carrière de marchand de tableaux à la Haye, l’exaltation de sa période mystique, ses multiples déboires sentimentaux, son amitié avec Toulouse-Lautrec, celle, orageuse, avec Paul Gauguin (l’oreille tranchée) et son affection pour son seul véritable ami et soutien, son frère Théo, de quatre ans son cadet, avec lequel il entretint une correspondance exceptionnelle. Et surtout la peinture, comme unique compagne…

Van Gogh, comme Artaud, a brûlé sa vie. Ils sont évoqués l’un après l’autre dans cet ouvrage original. Impossible de mêler leurs destins puisque Artaud avait trois ans lorsque Van Gogh se tira une balle dans la poitrine.
Les points communs entre le peintre et l’écrivain-comédien-dessinateur sont nombreux. Séjours en hôpital et asile psychiatrique, phases de délires mystiques, consommation excessive d’alcool, relations avec les femmes plus que difficiles, rejet de la société…
Artaud a ressenti Van Gogh comme un alter ego dont l’incommensurable angoisse n’avait d’égale que sa quête inlassable d’une réalité qui lui échappait.
« Non, Van Gogh n’était pas fou », écrivait Artaud, mais, comme lui « désespéré de solitude ».

Éditions Michel de Maule / Mise en vente : 5 mai 2014
Rayon : esthétique / peinture Collection : « Je, biographe »
code article : 7892585 ISBN : 978-2-87623-554-0  / Format : 140 x 190
Prix : 18 euros – 120 pages – 67 illustrations couleur et N&B

« Dire, décrire une qualité humaine chez cet artiste est une chose, la faire vivre et sentir, en est une autre que réussit Karin Müller dans son texte météorique, comme le fut la trajectoire de Vincent. Le recours à ce présent de l’indicatif à la première personne, en des phrases au rythme haletant qui signalent chacune un fait nouveau de la vie du peintre, nous restitue un jaillissement perpétuel de vie, et nous impose une voix qui attend son comédien, mais que nous percevons dans sa justesse à la lecture. Et ça marche ! »
David Haziot, auteur de la préface.

Télécharger le dossier de presse (pdf)

« Moi, Vincent Van Gogh »

Le Salon littéraire : Article de Dominique Vergnon sur Van Gogh, pour planer au-dessus de la vie

JJDA – Karin Müller – L’Invitée du 2 juin 2014

Troisième interview de Karin  par Jacky (Jakubowicz) pour Van Gogh, pour planer au-dessus de la vie…

Toujours en “direct intégral”, selon la formule de l’inénarrable Jacky,  les émissions sont pleines de surprises ! Ici un twist final !

voir la vidéo

Telessonne – “On a des choses à vous dire” – 14 mai 2014

Capture d’écran 2013-10-23 à 15.26.14

Dans l’émission de Patrice Arditi, Bob Garcia présente “Métamorphoses de Matisse”

voir la vidéo

 

 

Blog de Jacques Bouzerand

Article sur Van Gogh, pour planer au-dessus de la vie