Karin Müller

Karin, auteur

Karin écrit ses livres sur son ordinateur

©Paul Gueu

Auteur, germaniste d’origine norvégienne, fille d’un critique d’art ami de Vasarely, Soto, Cruz-Diez, Hartung, Soulages, Sonia Delaunay etc, collectionneuse d’art contemporain, Karin Müller codirige la Galerie Gimpel & Müller, 12 rue Guénégaud (Paris 6e) avec son mari, Berthold Müller et leur fils aîné Gabriel.

Après avoir brièvement enseigné l’allemand, elle se tourne vers l’écriture par le biais de la traduction du norvégien et du danois pour les éditions du Père Castor (Flammarion). Puis elle écrit “à quatre mains” avec Jean Lacouture et Dominique Desanti avant de commencer des biographies “vivantes” à la première personne, facilement adaptables pour la scène : Les Fulgurances de Nicolas de StaëlLever de rideau sur Edward Hopper, Métamorphoses de Matisse, Van Gogh, pour planer au-dessus de la vie

Elle publie en octobre 2014 Quand l’ART est pris pour cible où elle recense 101 agressions contre des peintures, sculptures, monuments… à travers les siècles et les pays.

Les amis de Karin…

Jean Lacouture et Karin Müller

©Jean-Michel Decayeux

Jean Lacouture
Une collaboration passionnante et passionnée pour écrire à quatre mains Malraux, Itinéraire d’un destin flamboyant.

Jean Lacouture a préfacé 100 crimes contre l’art et participé à la soirée de lancement du livre en lisant deux “crimes”.

admin-ajax.php

©Heiner Wittmann

Avec Olivier Todd et Dominique Desanti, au colloque Sartre de Cerisy-la-Salle en 2005 pour le centenaire de l’auteur. Une grande amitié et affection ont uni les deux femmes jusqu’à la disparition de Dominique en 2011. Elles ont écrit ensemble : SachaGuitry, itinéraire d’un joueur (Arléa) et Les Yeux d’Elsa au siècle d’Aragon (Guéna)

MoulinLa rencontre en 1998 avec la pianiste Madeleine Malraux, veuve de l’écrivain, a donné lieu à de nombreux concerts et récitals, notamment EsotErik Satie et une adaptation pour la scène des Fulgurances de Nicolas de Staël, avec le comédien François Marthouret. Madeleine est décédée en janvier 2014 dans sa centième année.

BarraultAvec Frédéric Vitoux, de l’Académie française,  Marie-Christine Barrault et la pianiste chilienne Maria-Paz Santibanez, attachée culturelle de l’ambassade du Chili. Tous trois sont des fidèles de la galerie.

ObaldiaUne belle rencontre avec René de Obaldia, de l’Académie française, à qui elle a remis ses Métamorphoses de Matisse lors de l’intronisation de Christophe Barbier à l’A.A.A., “l’autre” Académie, celle d’Alphonse Allais !

Karin avec Michel QuintMichel Quint, l’auteur de “Effroyables jardins” et plus récemment de “Veuve noire”. René Gimpel, le grand-père de l’associé de la galerie, très grand marchand de tableaux d’avant-guerre, y est évoqué à plusieurs reprises.